Cultiver ses plantes d’intérieur dans une maison en bois

Au cœur de la nature comme au sein des maisons, le bois est une source de vie. Choisir de construire une maison en bois présente plusieurs avantages : de l’engagement environnemental aux caractéristiques bénéfiques innées du bois, nul doute qu’il est aujourd’hui le matériau de prédilection de la construction durable. En plus d’apporter chaleur et réconfort, les maisons en bois en kit sont de véritables pépinières pour les amoureux des plantes d’intérieur. Elles permettent l’épanouissement d’essences variées, parfois rares, sans le moindre effort. En voici l’explication.

Un matériau efficace sur le plan thermique 

S’il y a bien quelque chose que les plantes d’intérieur détestent, ce sont les variations de température. En tant qu’isolant d’origine naturel, le bois est de loin le matériau le plus efficace sur le plan thermique. Il permet de maintenir une température intérieure constante tout en régulant le taux d’humidité. Cela n’empêche pas de devoir vaporiser les feuilles des plantes les plus gourmandes en eau, mais permet de limiter la fréquence des soins à apporter. Les maisons en bois permettent donc aux plantes de se développer dans un environnement sain, propice à leur épanouissement.

Lire également : Pourquoi l'agriculture est-elle si importante ?

L’importance de l’orientation : quelles essences pour quelle pièce ? 

La plupart du temps, les maisons en bois sont conçues de manière réfléchie afin d’optimiser au maximum leur rendement énergétique. Les pièces sont placées en fonction de leur exposition au soleil et aux éléments, et en fonction des différents usages que l’on en fait. Dès lors, il est possible de repenser ses aménagements intérieurs afin que les plantes profitent au maximum de la chaleur et de la luminosité dont elles ont besoin. Voici quelques recommandations :

– À l’Est : on recommande souvent d’y placer les chambres afin qu’elles bénéficient de la lumière du soleil levant et qu’elles s’assombrissent en fin de journée. Dans les chambres, le nombre de plantes doit être limité pour ne pas « surcharger » l’atmosphère. On choisit des essences aux propriétés dépolluantes comme le Spathiphyllum (fleur de lune), le Schefflera ou encore l’Aréca qui permet d’augmenter naturellement le taux d’humidité dans l’air.

A lire également : Quelles aides en 2022 pour la transition énergétique ?

– Au Sud : orientées vers le Sud, les pièces à vivre telles que le salon ou la cuisine sont généralement celles qui bénéficient de plus de luminosité. C’est ici que l’on peut cultiver la plus grande variété de plantes. Clivia, Guzmania, Anthurium y trouvent parfaitement leur place. Les plantes exotiques telles que le bananier ou encore les orchidées s’y plaisent également. Dans la cuisine, pourquoi ne pas choisir des plantes nourricières telles que les aromates, le citronnier ou encore le piment de Cayenne.

– À l’Ouest et au Nord : on y retrouve généralement le bureau et la salle de bain. La salle de bain étant souvent la pièce la plus chaude et la plus humide de la maison, on y fait pousser du papyrus et des plantes tropicales comme le philodendron ou encore les fougères. Dans le bureau, on privilégie les cactus pour leur capacité de capter les ondes électromagnétiques.

Que l’on soit passionné par les plantes rares et exotiques ou que l’on souhaite cultiver ses propres plantes comestibles, une maison en bois est un environnement idéal tant par la composition de son matériau que par sa configuration.

Articles similaires